A la découverte du village de Marly

A la découverte du village de Marly
78160 Marly-le-Roi

01 30 87 20 63

Marly le Roi doit sa notoriété à Louis XIV qui y bâtir sa résidence champêtre. Au XIXème siècle, des artistes vinrent y chercher le calme et l'inspiration. Aujourd'hui, le village et ses ruelles pittoresques continuent de charmer le visiteur !

Départ : Point d'Information de Marly-le-Roi

Grande Rue N°41 : Cette jolie propriété fut jusque dans les années 70 occupée par un hôtel-restaurant "Au Roi Soleil". Pierre Bourdan, ancien animateur de la France Libre à la radio de Londres, y séjournait loin de l’agitation parisienne. N°46 : A cet emplacement s’élevait autrefois l’Hôtel du Comte de Toulouse (du nom du fils légitimé de Louis XIV et Madame de Montespan).
N°39 : Magasins des 17ème et 18ème siècles réaménagés. Entre la rue de Madame et l’avenue des Combattants s’étendaient magasins et pépinières royaux. Rue de Madame Cette rue évoque le souvenir de la princesse Palatine, seconde épouse de Philippe d’Orléans, frère de Louis XIV. Elle appréciait les séjours à Marly.
N°6 : Dans cette maison fut arrêté en juillet 1926 Alexandre Stavisky, l’un des plus grands escrocs du 20ème siècle.

Etape 1 - La place de la Vierge
Appelée autrefois "carrefour d’en bas", elle était située près du cœur de Marly le Bourg. La statue de la Vierge rappelle le souvenir de l’église Notre Dame du Bourg détruite à la fin du 17ème siècle. En face, ancienne maison des Pourvoyeurs du Roy, dépendance du château.
A proximité, au n°5 de la rue Pasteur : Maison de la Blanchisserie du Château, autre dépendance royale. Un lavoir y est encore conservé. Le Lycée Louis de Broglie ouvre sur cette place, il fut construit en 1990 à l’emplacement d’une propriété où vécut la grande tragédienne Rachel.

Etape 2 - La place du Chenil
L’ancien cimetière de Marly le Bourg, entouré autrefois du Prieuré Saint Etienne, de l’église Notre Dame et de l’Hôtel Dieu occupait une partie de cette place. Quelques maisons anciennes la bordent dont une fut très longtemps un haut lieu de la gastronomie française : l’Auberge du Vieux Marly où son propriétaire André Guillot reçut de nombreuses personnalités. Face à l’hôtel de ville, une plaque émaillée reproduit un tableau d’Alfred Sisley, "Place du Chenil à Marly, effet de neige". Cette reproduction fait partie du "Chemin des Impressionnistes" qui s’étend sur huit communes de la boucle de la Seine.
Hôtel de Ville et parc du Chenil Durant ses séjours à Marly, Louis XIV chassait très souvent en forêt. Devenu seigneur de Marly le Bourg en 1693, il installa son chenil dans le parc de l’ancien hôtel seigneurial et le grand veneur, Monsieur de la Rochefoucauld, logeait dans le colombier réaménagé. Du 18ème siècle, le bâtiment actuel a gardé sa structure générale, sa charpente et les mascarons de la façade. Acquis par la ville en 1966, les services administratifs y sont installés depuis 1988.

Etape 3 - L'Hôtel Couvé
Hôtel particulier du 18ème siècle avec balcon de fer forgé soutenu par des consoles, cartouches et mascarons. Il servit d’hôtel de ville de 1846 à 1988. Le bâtiment bas au fronton orné d’une horloge fut construit en 1894 pour abriter l’école de garçons.

Rue Champflour Au Moyen Age on montait de Marly le Bourg vers Marly le Chastel par cette rue alors appelée rue de l’Hôtel Dieu. N° 1 bis : Maison "Champflour" De la grande propriété construite pour une vieille famille marlychoise au 17ème siècle ne restent que les communs. Restaurée et aménagée, la maison fut occupée par Alexandre Dumas fils de 1884 à sa mort, en 1895.

Etape 4 - Eglise Saint-Vigor
Accolée au castrum, une première église dédiée à Saint-Vigor avait été construite au 11ème siècle. Sur ordre royal elle fut remplacée par l’église actuelle consacrée en 1689, édifiée par Jules-Hardouin Mansart et Robert de Cotte. Eglise rurale, mais royale, elle est dédiée à Saint-Vigor et Saint-Etienne. Sa sobriété classique est remarquable. Entrée par le flanc gauche, face au presbytère.
L’église fut richement dotée par Louis XIV qui y vint à plusieurs reprises assister à des offices ou des Te Deum. Des objets liturgiques et tableaux ont été déposés au Musée-Promenade de Marlyle-Roi - Louveciennes.

Place Victorien Sardou Domaine du Verduron Au 17ème siècle, propriété de Louis Blouin, 1er valet de chambre de Louis XIV. Largement transformée, elle fut acquise en 1863 par Victorien Sardou qui y fit bâtir une orangerie.

Château des Délices Construit aux 18ème et 19ème siècles, derrière l’église. Le domaine fut racheté en 1955 par le groupe Drouot aujourd’hui siège régional des Assurances Axa. Bel ensemble de verre qui s’intègre parfaitement dans le site.

Etape 5 - La Grande Rue
Arête centrale du vieux village qui conduit à l’entrée du parc. Assez pentue (Louis XIV l’appelait la "montagne fort raide" et la fit paver en 1690), elle est bordée de maisons typiques formant un bel ensemble homogène. Aux 17ème et 18ème siècles vivaient ici vignerons, commerçants et artisans, personnel du château, mais aussi nobles, bourgeois et "polissons" venus jouer au "casino" du château. A noter les toitures de vieilles tuiles, les lucarnes à la capucine, les petites niches des façades où étaient logés des saints protecteurs.
Rue Coysevox N°12 : Jolie maison rurale avec lucarne "à la capucine" permettant de rentrer le grain dans le grenier grâce à une poulie placée sous l’avancée de la toiture.
Grande Rue N°18 : Vieille maison à pans coupés et appuis de fenêtre de ferronnerie, escalier intérieur à balustre. N°19/21 : Hôtel des 17ème et 18ème siècles d’ordonnance classique. N°23 : Dépendances de l’Hôtel du duc de Gèsvres, gouverneur de Paris, en pierre de taille, 18ème siècle. Grande porte cochère avec mascaron, balconnet de bois, 19ème siècle. N°27 : Dans la cour, maison rurale typique à balcon et galerie couverte des 16ème et 17ème siècles. N°52 : Maison à 3 mascarons et 2 oeils-de-boeuf (dépendances de l’Hôtel de Toulouse).

Arrivée : Office de Tourisme

Situation

À ne pas manquer